Sociétés et traditions

Au Yémen, la ville d’Aden a encore changé de main, le pouvoir accuse les Emirats

Le gouvernement au Yémen a accusé jeudi les Emirats arabes unis d’avoir mené des frappes aériennes contre ses troupes dans la “capitale provisoire” Aden, en soutien aux séparatistes qui affirment avoir repris le contrôle de cette ville du sud du pays en guerre.

A New York, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est dit, dans une déclaration adoptée à l’unanimité, “particulièrement préoccupé” par la situation dans le sud du Yémen, appelant à “préserver l’intégrité et à “la reprise de négociations globales (…) pour mettre un terme au conflit”.

En à peine 24 heures, la cité portuaire d’Aden, supposée symboliser la résistance aux insurgés Houthis, a encore changé de main dans un combat fratricide opposant séparatistes sudistes et gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi reconnu par la communauté internationale.

L’ONG Save the Children, présente au Yémen, a décrit un climat de terreur pendant les combats à Aden. “C’était des circonstances extrêmement effrayantes pour les adultes, alors que dire pour les enfants”.

Les séparatistes ont dit avoir repris Aden aux forces loyalistes qui la contrôlaient mercredi. La ville avait été conquise une première fois le 10 août par les séparatistes après des combats meurtriers.

La guerre ouverte entre gouvernement et séparatistes et les accusations concernant le rôle d’Abou Dhabi ébranlent davantage la cohésion d’une coalition militaire au Yémen dont les deux piliers, l’Arabie saoudite et les Emirats, se retrouvent aux antipodes.

En effet, le premier pays, voisin du Yémen, soutient le gouvernement Hadi tandis que le second appuie les séparatistes réunis au sein du Conseil de transition du sud (STC) qui réclame l’indépendance du Sud.

Saoudiens et Emiratis se sont unis en 2015 pour intervenir au Yémen et empêcher les rebelles Houthis venus du Nord et soutenus par l’Iran, rival régional de Ryad, de prendre le contrôle de l’ensemble du Yémen.

Selon le porte-parole du STC, Haitham Nezar, les séparatistes “contrôlent complètement Aden et ses entrées”.

Les forces gouvernementales “se sont retirées” vers la province voisine d’Abyane, a confirmé une source de sécurité du gouvernement.

Source

Related posts

Libye: Haftar appelé à stopper son offensive vers Tripoli

admin

Tchad: une attaque de Boko Haram fait 18 morts

admin

Coup de filet dans l’ultradroite: poursuite des gardes à vue, les musulmans “préoccupés”

admin
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !