Actualités

Mort d’Alcaly Cissé : Me Assane Dioma Ndiaye tire sur les autorités diplomatiques sénégalaises

Me Assane Dioma Ndiaye, un des conseils d’Alcaly Cissé, du nom de l’ancien député libéral, qui a rendu l’âme, ce dimanche, à Djeddah, en Arabie Saoudite, n’a pas caché son “amertume”.

Contacté par Seneweb, l’avocat n’a pas manqué de tirer sur les autorités diplomatiques sénégalaises qui, selon lui, n’ont pas apporté le “soutien nécessaire” à son défunt client.

“C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de notre client Alcaly Cissé, parce qu’on savait qu’il était malade et qu’il ne pouvait pas avoir à Djeddah les assistances dont il a besoin surtout celle de sa famille”, a-t-il dit.

Pourtant, rappelle l’avocat, “jamais il n’aurait dû subir cette nouvelle procédure, en Arabie Saoudite, parce qu’il a été définitivement relaxé au Sénégal et de façon contradictoire”.

Me Assane Dioma Ndiaye ajoute: “Le plaignant avait porté plainte ici au Sénégal. L’affaire a été vidée et la Cour d’appel l’avait relaxé. N’ayant pas eu de pourvoi en cassation, l’affaire a été donc classée”.

Il informe que l’Arabe est finalement allé dans son pays pour déposer une nouvelle plainte et un mandat d’arrêt fut lancé contre Cissé.

“Nous avions même demandé à l’État sénégalais de taper sur la table parce que nul ne peut exiger qu’une personne soit jugée deux fois pour les mêmes faits, dans deux pays différents. C’est un principe internationalement reconnu”, précise en effet notre interlocuteur.

“Malheureusement, regrette la robe noire, notre pays n’a jamais apporté la protection diplomatique et consulaire qu’on attendait de lui”.

“Il fallait qu’il paye avant de sortir”

D’après toujours Ndiaye, Alacaly Cissé a été retenu comme “un otage”. Car, ajoute-t-il, “même ayant purgé sa peine, on lui avait dit qu’il ne quitterait pas l’Arabie Saoudite tant qu’il n’aura pas payé les dommages et intérêts aux plaignants (les héritiers Azzouz, ndlr). Donc, il fallait qu’il paye avant de sortir”.

Et là aussi, l’avocat dit avoir eu à interpeler l’État du Sénégal pour demander une lettre de garantie de la part du Consulat.

“Malgré tout ça, les autorités saoudiennes étaient intransigeantes sur ce point-là”, a martelé Me Assane Dioma Ndiaye qui estime par ailleurs que la famille de la victime invite les autorités diplomatiques sénégalaises à tout faire pour rapatrier le corps au pays.

“Si la procédure est lente, les Saoudiens risquent de l’inhumer là-bas, c’est leur tradition”, conclut Ndiaye.

 

Source

Related posts

Covid-19: 32 723 tests réalisés, aucun Sénégalais n’a payé, selon l’Institut Pasteur de Dakar

waladounyati

Fête de l’Indépendance 2019: L’intégralité du discours à la nation du président Macky Sall

admin

Scandale à l’Asecna : 364 millions FCFA détournés

admin

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !