International

Mort de George Floyd: les manifestations continuent malgré le ton martial de Trump

Le mouvement de colère contre le racisme et les brutalités policières s’est poursuivi tard dans la nuit de mardi à mercredi aux Etats-Unis malgré les pillages, les affrontements avec la police et le ton martial de Donald Trump, déterminé à restaurer l’ordre en recourant si besoin à l’armée.

Neuf jours après la mort à Minneapolis de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc, la vague de contestation historique ne s’apaise guère.

A New York ou Los Angeles, des manifestants ont fait fi des couvre-feu jusque tard dans la nuit, avec toutefois moins de pillages et de violence signalés que les nuits précédentes.

Au moins 60.000 personnes avaient auparavant rendu hommage pacifiquement à la victime à Houston (Texas) où George Floyd a grandi et sera enterré la semaine prochaine. “Nous voulons qu’ils sachent que George n’est pas mort en vain”, a lancé le maire, Sylvester Turner.

A New York, après des pillages lundi, le couvre-feu nocturne a été avancé à 20H00 et prolongé jusqu’à dimanche.

L’heure passée, des centaines de manifestants, noirs et blancs, ont toutefois continué à protester pacifiquement, scandant “George Floyd, George Floyd” ou “Black Lives Matter!” (“la vie des Noirs compte”). Pour Tazhiana Gordon, une infirmière noire de 29 ans, le couvre-feu “est un outil pour empêcher les gens de manifester plutôt que d’arrêter les gens qui commettent des crimes”.

Une “situation très calme”, a tweeté le maire Bill de Blasio dans la soirée, “jusqu’ici, le couvre-feu est certainement utile, sur la base de ce que j’ai vu à Brooklyn et Manhattan ces trois dernières heures”.

A Minneapolis (Minnesota), le calme régnait. “Je veux qu’on lui rende justice parce qu’il était bon, peu importe ce que les gens pensent, c’était quelqu’un de bien”, a lancé en pleurs Roxie Washington, mère de la fille de George Floyd, âgée de six ans.

Le Minnesota a annoncé l’une des premières initiatives concrètes en réponse aux demandes des manifestants, avec l’ouverture d’une enquête sur la police de Minneapolis. L’enquête examinera de possibles “pratiques discriminatoires systémiques” durant les dix dernières années, a tweeté le gouverneur Tim Walz.

AVEC L’AFP

Related posts

Virus: le bilan explose en Chine après un changement de calcul, des têtes tombent

waladounyati

Extrême-droite: l’Allemagne s’enfonce dans la crise politique

waladounyati

Génocide au Rwanda: feu vert pour la remise de Félicien Kabuga à la justice internationale

waladounyati

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !