Actualités

Décès de Idrissa Goudiaby / La famille donne une info de taille au parquet : « C’est une gendarme… » et discrédite le médecin légiste.

Le résultat du rapport du médecin légiste sur le décès de Idrissa Goudiaby, né le 18 avril 1979 enregistré lors de la manifestation de Yewwi Askan Wi à Ziguinchor,  continue d’alimenter les débats. Après que la famille ait exigé une contre expertise croyant dur comme fer que Idrissa Goudiaby est tué par balle, c’est le parquet de Ziguinchor qui a fait un communiqué. 

Le procureur de la République, Papa Ismaïla Diallo, invite tout témoin oculaire ou toute personne ayant des informations à se présenter aux enquêteurs pour déterminer les circonstances de cette perte en vie humaine et identifier le ou les auteurs en vue de leur traduction devant les juridictions compétentes. 

À la publication de ce communiqué, nous avons joint un membre de la famille qui est collègue du médecin légiste et agent au centre hospitalier régional de Ziguinchor. Boubacar Diémé,  de dire que « la famille exige une contre-expertise. Nous maintenons la thèse que notre frère est tué par balle qu’il a reçue à bout portant d’un bon tireur. Le gendarme tireur est une dame. Elle avait l’intention de tuer et rien d’autre, car elle a visé le cou. On n’enterrera jamais notre frère tant qu’il n’y aura pas de contre-expertise », révèle-t-il.

« Aucun document ne nous a été présenté. Aucune autorité ne s’est approchée de la famille même pour présenter les condoléances. C’est dans la presse que nous avons appris le résultat de l’autopsie. »

Revenant sur la crédibilité du médecin légiste, il dit : « C’est une dermatologue qui a fait l’autopsie. Le médecin Ndiama Sakho est capable de tout. Tous les agents de l’hôpital se sont fait une religion sur elle. Elle n’est pas médecin légiste, elle est une dermatologue. Je ne suis pas au courant qu’elle détienne un diplôme lui permettant de faire des autopsies. C’est depuis l’arrivée du nouveau directeur du centre hospitalier régional de Ziguinchor qu’elle a commencé à faire des autopsies », dit-il. 

En tout cas, selon notre interlocuteur, « la famille est prête à aller répondre pour montrer que notre frère est tué par une gendarme à bout portant. Nous avons toujours les douilles des balles réelles tirées et même celle qui l’a abattu. La famille est plus que déterminée pour que la lumière soit faite afin que cet acte inhumain et irresponsable soit le dernier en Casamance quand il y a manifestation… »

DAKARACTU

Related posts

Les parents des étudiants établis à Wuhan révèlent: “les autorités nous ont donnés des assurances”

waladounyati

Suivi de la sévérité de la Covid-19 : le Sénégal perd 29 places dans le classement mondial

waladounyati

Locales du 23 janvier : Ousmane Sonko appelle à la surveillance des scrutins

waladounyati
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !