Santé et bien-être

Santé / Discrimination salariale et privations de soins médicaux : And Guesseum tire sur la DGES et met la tutelle devant ses responsabilités !

L’intersyndicale And Guesseum ne compte pas faire pédale douce face au ministère de la santé et de ses services. Après un long moment de patience, Mballo Dia Thiam et ses camarades syndicalistes se sont révoltés contre la directrice générale des établissements de santé qui s’illustre ‘encore négativement’ contre les intérêts des agents de santé. Celle-ci qui produit une lettre jugée discriminatoire et privant à des catégories d’agents des augmentations de salaire, met le mouvement syndical dans tous ses états.

And Gueusseum rappelle que le Protocole d’accord Gouvernement-syndicats de la Santé auquel elle fait référence dans sa lettre en date du 12 septembre 2022 n’évoque pas expressément le décret n°2018-1430, contrairement à ses manœuvres restrictives et privatives d’indemnités à son personnel par une interprétation manquant totalement de générosité. À cet effet, indique toujours le syndicat, il est demandé à tous les camarades de se rendre compte que les combats par procuration doivent s’arrêter parce qu’ils ont adhéré à un syndicat pour se défendre et non pour être défendus et d’engager les batailles locales à la suite des acquis d’envergure nationale obtenus de haute lutte.

And Gueusseum estime ainsi que la Fonction publique territoriale et l’érection des Directions régionales de la Santé et de l’Action sociale, la lutte sans répit doit s’organiser au niveau régional et local pour leur matérialisation avec l’encadrement du niveau national. 

Parallèlement, à la suite d’une rencontre avec les plénipotentiaires de l’intersyndicale des collectivités territoriales et prenant à témoin l’opinion publique nationale et internationale, après avoir modifié son premier plan d’actions à cause du grand Magal de Touba et annulé le sit-in du 15 septembre 2022, And Gueusseum confirme la jonction des luttes And Gueusseum-Intersyndicale des collectivités territoriales par la première grève générale des 21-22 et 23 septembre 2022 sur l’étendue du territoire national avec le respect des urgences et du service minimum. 
Mballo Dia Thiam et ses alliés  accusent la DGES et les tutelles administratives et techniques que constituent les ministères en charge de la santé, des collectivités territoriales et du développement communautaire du réchauffement du climat social et de ses conséquences, notamment les privations de soins aux malades d’actes d’état civil et de prestations médico sociales ou sanitaires aux populations déjà drastiquement éprouvées par l’inflation, les inondations et l’insécurité par endroit. Ils n’écartent pas, après avoir respecté un délai légal de préavis de 30 jours francs (03 août 03 septembre 2022) sans le moindre accusé de réception et sans le moindre appel, de presser le pas pour voir leurs revendications satisfaites. 

DAKARACTU

Related posts

La RDC annonce l’utilisation de quatre nouvelles molécules contre Ebola

admin

Covid-19Sn: l’ASAS demande à ce que l’oxygène soit décentralisé dans les centres de santé

waladounyati

CORONAVIRUS : 383 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 9 DÉCÈS

waladounyati
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !