Education et formations

Education : le Cusems et le Saems annoncent des perturbations dès le début de la semaine prochaine

En conférence de presse conjointe vendredi, l’alliance du Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire authentique et le Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire (Cusems/Saems) annonce une journée d’école morte le mardi 7 novembre 2023. 

Les raisons d’une telle décision ne sont autres que, selon ces syndicalistes, « le non-respect des engagements signés par l’Etat, la tentative de fermer l’Université cheikh Anta Diop (Ucad), les nombreux cas de détentions illégales et arbitraires d’enseignants dans les geôles ».

« En plus des difficultés liées au contexte et la remise en questions des accords importants tels que les accords sur le PCEM, la gestion des lenteurs administratives, tous cela nous poussent aujourd’hui à exiger du gouvernement que des actes concrets soient posés. C’est pourquoi, nous avons décidé d’aller vers des actes conjoints entre le Saems et le Cusems qui commenceront par le dépôt d’un préavis de grève dans les prochains jours en guise d’alerte pour que nous poussions aller vers une école apaisée cette année », a fait savoir El Hadji Malick Youm, Secrétaire général du Saems.

Face à tous ces manquements, l’alliance exige du gouvernement « l’apurement du passif des protocoles signés à travers le parachèvement de la dématérialisation et des procédures, la révision du statut des décisionnaires, le démarrage de toutes les formations à la Fastef, le relèvement des quotas pour le payement des rappels dues aux enseignants, le doublement des budgets des établissements scolaires, le paiement sans délais des indemnités de suggestion aux chefs d’établissements ». 

Le Cusems/Saems demande également le « strict respect du principe de la démocratie concernant le cas des enseignants qui ont bénéficié d’un retour de stage et qui ont été ventilés en violation flagrante des dispositions des principes démocratiques ». Ces syndicalistes réclament « l’arrêt systématique des restrictions des libertés et la libération des enseignants arbitrairement détenus ». 

Pour réussir le combat, l’alliance appelle tous les enseignants à la mobilisation pour une école de qualité et pour exiger l’arrêt des politiques d’austérités dans le secteur de l’éducation et de la formation qui demeure le meilleur investissement à faire pour une nation. En guise d’alerte l’alliance décide d’adresser une lettre d’information au Premier ministre et déposer un préavis conjoint de grève.

PRESSAFRIK

Related posts

Front à l’Ucad: la Coordination nationale s’explique et liste des revendications

waladounyati

Le ministre Mamadou Talla détaille les dispositions de la reprise des cours: des classes de 20 élèves, des enseignants transportés…

waladounyati

Université Ziguinchor: les syndicalistes réclament l’achèvement et la livraison immédiate des infrastructures

waladounyati
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !