Economie et agriculture

Le FCFA : un obstacle majeur au développement de l’Afrique francophone

 

A  l’origine, cette monnaie signifiait le Franc des Colonies Françaises D’Afrique. Maintenant elle est devenue le Franc de la Communauté Financière d’Afrique regroupant les huit pays qui composent l’Union Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte D’ivoire, la Guinée Bissau, le Sénégal, le Mali, le Niger, et le Togo à travers la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

 

 

Elle s’étend jusqu’ en Afrique centrale avec le Franc de la Coopération Financière en Afrique centrale via la Banque des Etats de l’Afrique Centrale  pour la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale avec des pays comme : le Cameroun, le Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, la République Centrafricaine, et le Tchad.

 

 

Cette monnaie est vue à juste titre par l’écrasante majorité des africains comme un instrument de domination de la France pour maintenir ses anciennes colonies dans son girond. En effet c’est la Banque Centrale Européenne dont le siège se trouve à Francfort en Allemagne qui le gère. Par ailleurs, la France gère un compte spécial de 20 milliards d’euros, soit 13 000 milliards de FCFA, une somme colossale déposée par les africains comme réserves de change. Le trésor français utilise cet argent qui génère des intérêts, pour financer une partie de son déficit budgétaire. Ce qui représente un vrai manque à gagner pour les pays d’Afrique francophones qui sont obligés d’aller demander des prêts à la France pour faire face à leur déficit budgétaire. Les africains achètent en quelque sorte leur monnaie chez l’ancien colon qui en profite pour booster son économie.

 

 

Par conséquent le FCFA, représente un véritable frein au développement de l’Afrique francophone où les pays sont confrontés à de graves difficultés économiques. Au dernier classement économique publié par le Programme de Nations Unies pour le Développement  en Mars 2017  qui se base sur l’Indice de Développement Humain (IDH) aucun pays africain de la zone FCFA ne figure parmi les dix premiers sur  cinquante quatre états en Afrique. Sur cent quatre vingt huit pays étudié dans le monde: le Sénégal occupe la 162e place ,Guinée Equatoriale 135e, place la Côte d’Ivoire 171e place , Guinée Bissau 178e ,  RD Congo 176e, Mali 175e, Cameroun 153e, 175e, Burkina Faso 185e ,Tchad 186e, Niger 187e ,la Centrafrique vient en dernière position avec la 188e place.

 

 

Compte tenu de ce qui précède on voit nettement que les pays d’Afrique francophones ne gagnent absolument rien avec le FCFA qui les enfonce de plus en plus dans la pauvreté. Ce qui fait lever la voix des panafricanistes par l’intermédiaire de Kemi Séba avec le Font Anti- FCFA qui organise des rassemblements un peu partout en Afrique pour sensibiliser les africains sur le danger que représente cette monnaie coloniale. A l’instar de pays maghrébins, les états d’Afrique francophone gagneraient à avoir leur propre monnaie, s’ils veulent aspirer réellement au développement. Sans cela ils seront toujours sous le diktat de la France qui n’a aucun intérêt à ce que ses anciennes colonies prennent leur indépendance économique…

 

 

ALIOUNE ASSE SECK

 

Related posts

Pétrole : Le Sénégal lance son premier cycle de licences par appel d’offres international

waladounyati

CONFÉRENCE SUR LA DIVULGATION DE L’IDENTITÉ DES ’’PROPRIÉTAIRES RÉELS’’ DES ENTREPRISES EXTRACTIVES, MERCREDI À DAKAR

admin

LE CORONAVIRUS POURRAIT PROVOQUER UNE CHUTE DE 13% À 32% DU COMMERCE DES MARCHANDISES

waladounyati

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !