Religions et spiritualité

La bataille de Badr ou les leçons d’une mission

Il est souvent dit que l’histoire se répète, seulement se répète – t- elle de la même manière ? Cette question mérite réflexion !

« Allah (swt) vous a donné la victoire à Badr, alors que vous étiez humiliés. Craignez Allah donc. Afin que vous soyez reconnaissants. » Dans la sourate 3 du Coran (Al – Imran), au verset 123, il y est question du secours d’Allah (swt) lors de l’une des plus grandes batailles menées par les musulmans alors qu’ils étaient inférieurs en nombre. Nous ne reviendrons pas sur le mysticisme qui a entouré Badr ce dix-septième jour du mois de ramadan de l’an 624. Si la vie n’est qu’un perpétuel recommencement, aurions – nous un jour, encore une fois, un Badr des temps modernes ?

Une minorité de musulmans, spoliée de son droit de culte, de ses richesses et contrainte à l’exil, a dû se battre pour retrouver une dignité volée par de séculaires associationnistes qui n’avaient de la notion d’humanité que le nom. L’histoire de cette guerre est l’une des plus connues de toute l’épopée musulmane tant l’issue heureuse paraissait improbable à l’époque et continue de susciter l’admiration des musulmans, d’une part, mais réveille d’une autre part un scepticisme, voire une incrédulité dans le banc de ceux qui se disent philosophes intellectuels. De nos jours, au – delà de toutes considérations mystiques ou philosophiques, il est impératif pour le musulman de ce siècle, vu la géopolitique mondiale, la place qu’occupe la religion dans le quotidien de l’être humain, la stigmatisation du musulman et les nombreuses tentatives de déstabilisation des pays islamiques, de tirer les leçons de Badr.

Le message du prophète Seydi Ahmad (saw) a eu du mal à trouver une résonnance dans la Mecque idolâtre de l’époque. Comme tout missionnaire à ses débuts, le prophète a eu son lot de diffamateurs et de comploteurs. Ses compagnons du début ont subi toutes sortes de brimades, allant de l’exil à l’assassinat. Badr a été la première confrontation des musulmans face aux mecquois. Un petit nombre de trois cent treize (313) croyants qui ont dû affronter et anéantir une armée de trois mille (3000) païens suscite le respect, seulement la plus grande admiration a été et reste le modèle de société qui a été construit par Seydi Ahmed (saw) à l’issu de cette bataille. En effet, la finalité de Badr a redistribué les cartes de la terreur, le musulman jadis méprisé est craint. Seydi Ahmad (saw) a pu dérouler son objectif non seulement spirituel mais aussi sociétal par une organisation de la vie du musulman dans tous les domaines. Les règles du mariage, du divorce, le partage de l’héritage ou des butins de guerre et tant d’autres sujets de société ont trouvé une légifération, tous dans un cadre spirituel basé sur les lois du Coran et ceci, des siècles avant les codes de la famille modernes ou les fameuses déclarations universelles. Malgré leur petit nombre au départ, les difficultés rencontrées, Seydi Ahmad (saw) et ses compagnons ont peu à peu réussi à faire rayonner l’islam à travers l’Arabie et au – delà. Les rangs des musulmans ont grossi au fil et à mesure des conquêtes et expansions, la culture et le savoir islamique ont imprégné les nouvelles sociétés musulmanes. La médecine, les mathématiques, l’astronomie, la poésie… n’en finissaient pas de participer au rayonnement du modèle islamique, et ce, jusqu’en occident.

Qu’est devenue cette société jadis si rayonnante de par ses principes religieux, sa culture et sa science inégalée ? C’est à croire que les héritiers des ennemis d’hier ont réussi d’une manière sournoise à étouffer ce prestige musulman pour faire passer l’islam aux yeux de tous, pour une religion barbare et inadaptée à l’époque moderne. Les pays musulmans, naguère si riches et structurés sont pour la majorité secoués par des guerres. La solidarité entre musulmans édictée en loi au verset 10 de la Sourate 49 du Coran semble utopique à la vue de cette haine fratricide que se vouent certains musulmans. Cependant, malgré tout ce piètre constat, le doute n’est pas permis quant à une renaissance de l’islam et de tout ce qui a fait son prestige.

Si les débuts de la religion musulmane ont été teintés de difficultés, vouloir redonner à l’islam sa grandeur originelle ne sera pas de tout repos pour celui qui en aura la charge, vu l’état actuel des choses. Seulement, tout musulman sincère dans sa foi, a cette conviction inébranlable que le secours divin viendra à la fin des temps, d’un homme annoncé dans le Coran, vivificateur du savoir islamique, restaurateur de l’équité et de la justice. Au verset 5 de la Sourate 28, Allah (swt) annonce ce rééquilibrage de la société par ces termes : « Mais nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire des héritiers ». L’Imam AL Mahdi, dont il est sujet dans ce verset, de par les pouvoirs divins qui lui sont conférés, redressera la société toute entière et restaurera les valeurs spirituelles et humaines longtemps prônées par l’islam.

Le personnage de l’Imam Al Mahdi a longtemps suscité le débat dans le monde musulman et pour cause, beaucoup d’illuminés se sont arrogés le titre de « Mahdi » et ont carrément occulté le fait que l’on ne s’autoproclame pas « Mahdi » mais en revanche, on le prouve. Le prophète Seydi Ahmad (saw) a donné des indications sur la période à laquelle devrait apparaître l’Imam des bien guidés, ses traits de caractères physiques, son nom, son affiliation à la lignée prophétique par Seydina Hassan et comme pour clôre par anticipation un futur débat, Mawlana Cheikh Ahmad Tijane Chérif a fermé les portes de toute ambiguïté en déclarant que l’Imam Al Mahdi fera partie de sa voie spirituelle et sera son disciple. Toutes les indications données par le prophète et Mawlana Cheikh Ahmad tijane Chérif (rta) se retrouvent en Seydi Mouhamed El Cheikh, n’en déplaisent aux éternels dénégateurs qui auront l’occasion de se rendre compte de leur égarement sous peu. Tout comme Seydi Ahmad (saw) à ses débuts, Seydi Mouhamed El Cheikh a eu son message dénaturé, son image bafouée dans d’immondes caricatures qui ont démontré le manque de politesse de leurs exécutants. Ses compagnons de départ, si peu nombreux, n’ont pas manqué de subir eux aussi, à l’image des premiers compagnons du prophète, brimades et railleries de toutes parts. Seydi Ahmad (saw) a eu pour support le Coran et la chariatou mouhammadiya pour dérouler sa mission, Mawlaya Seydi Mouhamed El Cheikh s’enracinera dans ce même socle que son aïeul mais se prémunira en plus, de la haqiqatou ahmadiya de son père Mawlana Cheikh Ahmad Tijane Chérif (rta), pour déplier sa feuille de route. Seydi Ahmad (saw) et ses compagnons ont mené des guerres, armes à la main et ont sorti l’Islam de la clandestinité, organisé des sociétés justes et équitables basées sur le respect de tout un chacun.  L’Imam Al Mahdi, Mawlaya Seydi Mouhamed El Cheikh s’armera de la tarikha tijaniya et de ses oraisons, et avec ses compagnons, ils illumineront des foyers de lumières spirituelles qui impacteront les âmes, purifieront les cœurs pour redonner à Allah (swt) toute sa place en l’être humain. La politique mondiale sera redéfinie, l’économie planétaire n’asphyxiera plus le petit producteur, l’injustice sera rectifiée et l’Islam, comme prévue, retrouvera toute sa gloire.

Cependant, lorsque l’Imam Al Mahdi aura accompli cette dure labeur de restauration de l’islam, lorsqu’il réussira avec brio à faire résonner la Salatoul Fâtiha et la Diawharatoul Kamal, à instaurer à nouveau la paix et la solidarité entre musulmans, alors tâchons de ne pas perdre à nouveau ce rayonnement de cette belle religion ; prenons garde des tromperies de l’ennemi et marchons en rangs serrés sous les ordres et directives de l’Imam des bien guidés si nous ne voulons pas perdre le nord lorsque le prophète trompeur, du haut de son âne perché, se démènera par moult ruses pour affaiblir à nouveau l’Islam. Rappelons – nous, en plus de Badr et de tout le courage qu’ont eu une minorité de musulmans, de ce manque d’obéissance à Uhud et de toutes ses conséquences.

La bataille de Badr a été une occasion pour Allah (swt) de tester le courage du prophète Seydi Ahmad (saw) mais aussi la foi et l’abnégation des musulmans si peu nombreux à l’époque. Aujourd’hui, dans un autre registre mais tout aussi comparable à celui des premiers musulmans, Seydi Mouhamed El Cheikh, à partir d’un petit nombre de disciples, tous issus d’un pays pauvre qu’est le Sénégal et de surcroît n’ayant pas la bonne couleur de peau, étalera sa domination et gouvernera le monde malgré les difficultés de départ et l’incrédulité de son peuple. De l’Afrique à l’Europe, de l’Amérique à l’Asie, en dignes héritiers des combattants de Badr, chaque minorité de disciples qu’aura l’Imam Al Mahdi dans chaque pays, chaque continent, devra affronter des puissances gouvernementales ou religieuses, faire preuve de courage et d’abnégation pour redonner à l’islam son image d’antan.

Aux compagnons de l’Imam Al Mahdi Seydi Mouhamed El Cheikh, à chacun donc son Badr !

Mame Penda Sarr

DESK TARIKHA TIJANE

Related posts

De Salomon a la franmaçonnerie

admin

Les mystères du Lâzim tirés des enseignements de Seydi Mouhamed El Cheikh

admin

La mission de la fin des temps

admin

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !