Education et formations

Education sexuelle dans les établissements: la posture troublante du ministre Mamadou Talla

Porté par l’Unesco, le projet d’introduction de l’éducation sexuelle dans les établissements scolaires du pays n’a pas encore révélé tous ses secrets. À l’annonce de cette information, le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, a vite réagi pour mettre fin aux polémiques suscitées par cette affaire. Mamadou Talla jurait sur tous les saints qu’il n’y a pas de module sur un éventuel enseignement de l’éducation sexuelle dans les curricula. « Je voulais vous dire d’une manière claire et nette qu’aujourd’hui, au niveau du ministère de l’Education nationale, il n’y a pas de changement de curricula, pas de module, pas de réforme envisagée ni aujourd’hui ni demain. Que cela soit clair! » insistait-il.

Mieux, Mamadou Talla poursuivait en faisant savoir qu’il s’en tenait à ce qu’ils font au niveau des SVT (Sciences de la vie et de la terre), au niveau de l’économie familiale et au niveau de la DSM (Division contrôle médical). Le ministre de l’Education s’était même mis dans les habits d’un donneur de leçon en faisant croire qu’on ne doit pas occulter nos valeurs culturelles et sociales. « Le Sénégal a ses réalités », insistait-il.

Avant de renchérir en bon « trompeur » en ces termes : « Nous avons nos réalités religieuses, culturelles. On s’en tient à ce qui existe. Nous n’avons pas besoin d’aller dans ces directions. On ne réforme pas comme ça un curricula. On n’a pas envisagé de changer notre programme, il n’y a rien de nouveau, pas de changement, pas de nouveau module, pas de révision de programme. On s’en tient à ce qu’on a toujours fait (et) qui nous a donnés de bons résultats depuis 10 ans. »

Malgré tout ce discours, Mamadou Talla ne faisait que tromper ses compatriotes. Et c’est en moins de 24 heures que les mensonges du Ministre de l’Education nationale ont été mis à nus. Car, un document qui a circulé, mercredi, sur les Réseaux sociaux et dont nous avons eu copie, démontre le contraire. En effet, l’arrêté en question, signé le 18 décembre 2020, mentionne que c’est bien lui le ministre qui a organisé cet “Atelier de restitution de la revue et de l’analyse de l’intégration de l’éducation de la reproduction dans les programmes scolaires au Sénégal” au Lamantin Beach Hôtel avec le Consultant de l’UNESCO chargé de vendre l’intégration des nouvelles mutations de la sexualité moderne avec la promotion de l’homosexualité et de l’identité de genre.

Des rencontres sur la sexualité organisées en 2019 à Mbacké…
Des informations reçues auprès de certaines sources, enfoncent davantage le ministre de l’Education nationale. Car, selon ces dernières, un séminaire de formation sur l’éducation sexuelle et de genre a été organisé à Mbacké en juin 2019. des collèges dont le Cem annexe du Lycée de Mbacké avaient été, à en croire ces dernières, ciblés pour une formation sur la sexualité. « L’objectif était de nous faire croire qu’on devait échanger avec les potaches sur la sexualité et le genre à l’école pour qu’ils ne représentent plus un sujet tabou », confient des sources qui révèlent qu’il y avait même des professeurs de Svt et d’économie familiale et sociale qui étaient cooptés pour subir une seconde formation sur le genre et l’éducation sexuelle à Diourbel. En conclusion, le mensonge peut durer des jours, mais il ne durera pas une année, peste le journal Le Témoin.

avec PRESSAFRIK

Related posts

Risque d’une année blanche : qui pour sauver l’école Sénégalaise ?

admin

Dakar : le Cusems en débrayage ce mardi, une grève totale annoncée mercredi et jeudi

waladounyati

Université Gaston Berger : le Saes réclame un audit des orientations des nouveaux bacheliers et menace d’aller en grève

waladounyati
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !