Actualités

LA ‘’NOUVELLE ÈRE’’ DES RELATIONS CHINE-AFRIQUE À LA UNE

La presse s’est appesantie, dans son édition de mardi, sur la ‘’nouvelle ère’’ de coopération que la Chine et l’Afrique ont décidé d’ouvrir à l’occasion de la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), qui a eu lieu lundi.
‘’L’Afrique et la Chine annoncent une nouvelle ère depuis Dakar’’, écrit Libération.
Selon le journal, le président chinois, Xi Jinping, en prenant part à la rencontre de la FOCAC par vidéoconférence, a proposé à ses partenaires africains de poursuivre ensemble la lutte contre le Covid-19, d’approfondir la ‘’coopération pragmatique’’ des deux parties en accroissant les échanges commerciaux et les investissements, de promouvoir le ‘’développement vert’’ contre les changements climatiques et de ‘’défendre l’équité et la justice’’.
‘’La Chine a renouvelé (…) son engagement en faveur de l’Afrique’’, écrit Le Quotidien, ajoutant que la coopération sino-africaine va reposer sur neuf programmes à mettre en œuvre d’ici à 2024.
L’un des programmes est dédié à la vaccination contre le Covid-19, à laquelle Pékin va contribuer en fournissant 1 milliard de doses de vaccins à l’Afrique, selon le même journal. Il évoque un programme consacré à la promotion du commerce sino-africain, pour lequel la Chine va alléger les procédures d’accès à son marché.
C’est une ‘’offensive dragon’’ que veut mener l’empire du Milieu en Afrique, selon EnQuête, qui considère comme un ‘’décollage’’ la nouvelle orientation des relations entre l’Afrique et la Chine.
‘’Le tournant de Dakar’’, titre Le Soleil, selon lequel les neuf programmes de coopération prennent en compte l’innovation, la sécurité et les infrastructures.
Selon Le Soleil, Macky Sall a identifié cinq priorités pour le nouveau partenariat sino-africain : le renforcement de la souveraineté pharmaceutique et médicale de l’Afrique, la modernisation de l’agriculture, la formation technique et professionnelle, la construction d’infrastructures dans le continent, et l’industrie.
En prenant la parole lors de la 8e réunion ministérielle du FOCAC, ‘’le chef de l’Etat [sénégalais] a annoncé l’inauguration d’une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et la Chine’’, affirme L’As.
‘’L’Afrique et la Chine prolongent la lune de miel’’, ajoute-t-il.
La restauration des fonctions de chef de gouvernement, annoncée la semaine dernière par Macky Sall, continue de préoccuper les quotidiens.
‘’S’il y a dans l’histoire politique du Sénégal un poste gouvernemental qui apparaît et disparaît selon le simple vouloir des présidents de la République ou selon des impératifs politiciens, c’est celui du Premier ministre’’, fait remarquer Le Témoin Quotidien.
Il rappelle les suppressions et restaurations dont le poste a été l’objet.
Cette réforme semble annoncer la formation d’un nouveau gouvernement, dans la mesure où ‘’le retour du poste de Premier ministre est synonyme d’une dissolution du gouvernement et, probablement, de postes à pourvoir’’, lit-on dans Sud Quotidien.
‘’Avec le retour du poste de Premier ministre, qui va coïncider avec les élections territoriales, de nombreux ministres entrés en lice devront se faire des soucis s’ils ne gagnent pas’’, avertit WalfQuotidien.
L’Observateur annonce, seul, que Macky Sall est ‘’prêt’’ à discuter de la ‘’réhabilitation’’ de Khalifa Sall et de Karim Wade.
L’ex-maire de Dakar et l’ancien ministre de la Coopération internationale ont été libérés à la suite d’une grâce que leur a accordée le chef de l’Etat, après qu’ils ont été jugés coupables de détournement de deniers publics et ont passé plusieurs années en détention.
‘’Macky Sall a fait part de sa volonté d’engager des discussions sur les cas de leaders politiques ayant perdu leurs droits civiques et politiques’’, écrit L’Observateur sur la base de confidences faites par des membres du Cadre unitaire de l’islam au Sénégal (CUDIS).
Le président de la République a reçu en audience des membres du CUDIS au palais de la République, selon le journal.
Les journaux amplifient le concert de protestations contre les propos discourtois du promoteur de lutte Gaston Mbengue envers les minorités ethniques.
‘’Gaston Mbengue vient de remettre en cause notre commune volonté de vivre ensemble’’, commente Tribune.
Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal, et le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias reprochent à M. Mbengue ses propos tenus sur Walf TV.
‘’Toutes ces structures condamnent les propos du promoteur de lutte et [avertissent] surtout le diffuseur Walf TV’’, fait remarquer L’info. Il souhaite ‘’vivement que cette posture se poursuive [et] ne soit pas circonstancielle’’.
Les membres du conseil chargé de l’éthique et de la déontologie journalistiques ont dénoncé ‘’une menace contre la cohésion nationale et une incitation à la haine et à la violence’’, rapportent Source A et d’autres journaux.
APS

Related posts

Macky Sall s’exprime sur la visite de Wade

admin

Rts-Opposition : Sonko saisit le Cnra

waladounyati

Matam : Explosion de cas de covid-19, les CTE au bord de l’implosion

waladounyati
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !