Religions et spiritualité

AL MAKTOÛM : LE MYSTIQUE INCONNU

On l’appelait familièrement Serigne Cheikh, un surnom qui voilait souvent toute la grandeur du saint homme. Lorsqu’on parle de Seydi Cheikh Ahmad Tidjane Sy, on se remémore cet éminent homme de Dieu, celui dont sa disparition a emporté avec elle, la bibliothèque des recueils historiques du Sénégal, voire du monde tout entier. Ayant vécu dans la sphère des pionniers maitres mystiques du Sénégal, il nous informait sur eux plus que ne le faisaient même leurs propres enfants. Éminent philosophe et rassembleur de la Oumma, son universalité allait au-delà de ses parfaites relations avec les familles religieuses pour atteindre les hommes de races et de religions différentes.

Quand il s’agit de valeurs traditionnelles, il nous en ressortait l’essence même, du Cayor au Walo, du Fouta au Sine Saloum, rien ne lui échappait des détails de l’histoire des hommes et des noms. On se délecte encore des anecdotes du maître conférencier.

Son engagement politique lui a valu plusieurs ennemis, mais force et persévérance en main, il a bravé tous les dangers jusqu’à ce que l’histoire lui donne raison. Il a fondé le PSS ( Parti de la Solidarité Sénégalaise) et en 1959, son refus d’accepter les résultats tronqués des élections lui ont valu un séjour carcéral. Chef d’entreprise et antisystème engagé, il a été producteur d’arachides et s’est intéressé à l’industrie de la tomate et de l’huilerie pour ensuite devenir actionnaire majoritaire à la SOCOCIM qui était à cette époque, la seule cimenterie du Sénégal. Il était un farouche opposant de la nonchalance religieuse, entre autres traditions obsolètes répandues dans le pays. A 16 ans, il publie son premier livre intitulé ” les vices des marabouts”. En 1955, il monte l’Association Éducative Islamique et lance le journal ” l’islam éternel “. Ses œuvres littéraires sont multiples et ses thématiques lors de ses conférences concernaient tous les sujets, allant de l’islam à la politique en passant par la culture et la science.

Parallèlement, lorsqu’il parlait de Ghaïb, de sa science et des créatures célestes qui le peuplent, la façade mystique de l’homme apparaissait et sa wilaya incontestable prenait place, pour transmettre un message lumineux de l’élu céleste. Combien sont-ils à entendre pour la première fois Nawamîss de son récit éloquent ? Heureusement que Seydi Mouhamed EL Cheikh vint plus tard nous donner les détails. Malgré tout, Seydi Cheikh Ahmad Tidjane Sy a été méconnu et incompris par une majorité de sénégalais alors qu’il était même le Qutb zamane de son époque. Mawlâya Seydi Mouhamed EL Cheikh nous le fit savoir dans la presque dernière année de sa vie. Serigne Cheikh mérite plus qu’un hommage national pour tout ce qu’il a œuvré politiquement pour le pays lors de ses mandats diplomatiques, en l’occurrence au Caire en Égypte. À côté de son sacerdoce politique, il s’était engagé dans la bataille mystique lorsqu’il nous relatait ses confrontations avec les Afârîtes : djinns rebelles et suppôts du diable qui envahissent jusqu’aujourd’hui nos terroirs. Ses enseignements ont orienté une génération de disciples et sympathisants de tout bord. Présentement, son discours est plus que d’actualité.

On reposera donc la question : avons-nous réellement compris son message, l’avons-nous pratiqué et où en sommes-nous avec son héritage, en ce dimanche 15 mars marquant la date de sa disparition ?

Cheikh Tidjane Sembène

DESK TARÎQA TIDJÂNE

Related posts

La mission de la fin des temps

admin

Sur les traces du Maouloud 2019 (Partie 2)

waladounyati

Leçon du Ramadan : L’histoire de Iwathie, le géant qui vivait à l’époque du prophète Noé (Nouh)

admin

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !