Sciences et technologie

Twitter et Facebook accusent Pékin de chercher à semer la discorde à Hong Kong

Twitter et Facebook ont accusé Pékin de soutenir une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation en faveur de réformes démocratiques à Hong Kong et semer la zizanie dans l’ex-colonie britannique.

Les deux géants technologiques américains ont annoncé lundi avoir suspendu près de mille comptes actifs liés à cette campagne, Twitter précisant avoir aussi fermé 200.000 autres comptes avant qu’ils ne soient réellement actifs.

“Ces comptes cherchaient délibérément et spécifiquement à semer la discorde politique à Hong Kong et notamment à saper la légitimité et les positions politiques du mouvement de protestation sur le terrain”, a expliqué Twitter à propos des comptes actifs suspendus.

Facebook a précisé que certaines publications des comptes suspendus comparaient les manifestants hongkongais aux combattants du groupe islamiste Etat islamique, les qualifiant de “cafards” et leur attribuant de soi-disant projets de meurtres au moyen de lance-pierres.

Région semi-autonome du sud de la Chine, Hong Kong traverse depuis juin sa plus grave crise politique avec des manifestations et autres actions presque quotidiennes pour demander davantage de libertés.

Source

Related posts

L’Union européenne enterre le projet d’une taxe Gafa européenne

admin

États-Unis: Facebook supprime l’événement organisé par un groupe antiraciste à Washington

admin

Un gant pour ressentir le virtuel

admin

Laissez un commentaire

error: Waladounyati - Contenu protégé !