Religions et spiritualité

LES TUNNELS DE L’AU-DELÀ

« Le prophète Mouhamed (PSL) a enseigné aux musulmans une leçon de vie fondamentale : « La mort ne marque pas la fin de l’existence, mais nous devons la considérer comme le commencement d’une vie sans fin ». Et qu’ils devraient être éduqués là-dessus. Lorsque les compagnons ont demandé comment ? Le Prophète leur demande de patienter un moment. Quelques instants après dans ce silence profond, un vent fort et poussiéreux souffla, ce qui étonna d’ailleurs l’assemblée qui ne put s’empêcher de demander au Prophète (PSL) ce qui en était la raison. Alors le bien-aimé d’ALLAH leur rétorqua, que Jah’far venait de passer avec ses semblables du paradis en compagnie des anges. Bien vrai que ces derniers étaient témoins de l’atroce assassinat de Jah’far. Cependant, le Prophète (PSL)  en ces termes, voulait leur enseigner que contrairement à ce qu’ils croyaient, il y avait une vie après la mort et que Jah’far qu’ils croyaient totalement disparu, était bien vivant, car les martyrs ne meurent pas, même s’ils peuvent disparaître aux yeux des gens. Le fait qu’on les enterre et qu’on fasse leur cérémonie de deuil, n’est qu’un processus, et c’est à ce moment même qu’il débute une véritable vie de béatitude.

ALLAH(SWT) dans son organisation, abrite au niveau du cinquième ciel un ange très immense mis en cage. Cet ange a l’apparence de l’animal que nous appelons dans le monde chahada un « varan ». Ceux qui habitent dans les zones rurales le connaissent. Ce qui est plus étrange, c’est comme si on l’a enfermé dans une cage, avec les quatre côté fermés (en haut, en bas, à gauche et à droite), contrairement à sa tête qui déborde et sort de la cage. Cependant, c’est un ange, même s’il a l’apparence d’un varan.

En le regardant, je me suis aperçu que l’ange en prononçant le nom « ALLAH », fait sortir de sa bouche une boule. Il se met ensuite en silence un instant et prononce encore « ALLAH » suivi du rejet d’une autre boule. J’ai suivi minutieusement le trajet de ces boules, jusqu’à découvrir qu’ils entraient dans les tunnels qu’empruntent les âmes qui vont dans l’au-delà (Barzakh). En effet, il n’y pas d’air dans ces tunnels, l’air n’y rentre pas.

En réalité, il existe des tunnels qu’empruntent les défunts dont une catégorie débouche au 5ème ciel et une autre catégorie débouche à la 7ème terre. La première catégorie dispose d’un environnement agréable tandis que la deuxième est ardente de chaleur. Aucun air externe n’y pénètre et ils sont complétement étanches et étroits. En effet, lorsque l’individu meurt, c’est de l’air qui l’aspire pour le faire entrer dans ces tunnels, mais cet air est différent de celui dont on dispose ici-bas. Cet air est très différent de l’air que nous respirons ici car l’atmosphère terrestre est différente de celle de l’au-delà.

J’ai ainsi suivi le trajet de ces boules, et j’ai pu remarquer que l’ange alimente à la fois ces deux catégories de tunnels.

Ainsi Mawlaya Cheikh Ahmed At Tidjane Cherif (RTA) me dit que le rôle de cet ange depuis sa création, est de produire les boules d’air qui alimentent chacune de ces deux catégories de tunnels. Ce processus est reproduit encore et encore dès que les tunnels manquent d’air. Concernant les âmes qui empruntent ces tunnels, celles des musulmans prennent les tunnels qui débouchent au 5ème ciel car dès l’instant que l’ange de la mort récupère leur âme, il l’insère dans cette première catégorie de tunnels. L’âme atterrit ainsi dans le Barzakh des hommes de bien qui est comme un paradis : il se trouve au 5ème ciel.

Cependant, si l’âme du défunt n’aura pas de salut, cette dernière entamera son voyage vers les profondeurs de la terre et atterrit au Barzakh des damnés, synonyme d’enfer pour eux.  Ainsi, le parcours de l’âme à l’intérieur du tunnel se fera en fonction de ses œuvres. Si le tunnel n’est pas alimenté, le passage est rétréci et l’âme du damné traverse péniblement en se heurtant aux parois. Le défunt sentira de l’étouffement lorsqu’on transportera son âme. À l’inverse, lorsque l’ange alimente le tunnel, le passage est fluide et agréable. C’est pourquoi le Prophète (PSL) avait annoncé que lorsque le musulman décède, son agoni est rapide comme de l’eau qui se déverse d’une petite poche d’eau.

Lorsque la personne meurt, le temps que les gens pleurent et remuent son corps, le défunt est en réalité longtemps parti. Il a entamé son voyage à l’intérieur du tunnel et tout ce qui reste sur terre est un corps inerte. Ainsi s’il s’agit des tunnels du paradis, l’âme sortira au 5ème ciel dans un jardin de luxe et elle sentira un bonheur extrême. Contrairement aux tunnels qui acheminent le défunt vers l’enfer. Lorsque ce dernier arrive, il y sentira une odeur désagréable et une chaleur inimaginable. Et probablement au même moment sur terre, les gens sont peut-être en train de réciter le Coran pour lui, faire des témoignages par-ci et par-là, mais la personne par contre vit ce qu’elle est en train de vivre. C’est important de s’y préparer !

Ce qui y est plus étrange est que la personne est d’abord transportée jusqu’à sa destination via le tunnel et seulement après, elle attendra son jugement dans l’au-delà. Lorsque l’âme arrive au 5ème ciel, ils diront : « laissons-le se reposer un moment et qu’on observe ensuite l’issue de son jugement ». Ils enverront alors des anges pour venir recueillir des témoignages sur terre. C’est la raison pour laquelle, le Prophète (s.a.w.s) avait annoncé : « Si une personne décède, formulez pour elle des témoignages car les anges viennent recueillir des témoignages. Si vous ne connaissez sur lui que des comportements blâmables, abstenez-vous ».

Ainsi après les témoignages, ils reviendront pour formuler un verdict disant « libérez-le ». Mais cette libération n’est qu’une formalité car la personne qui a déjà transité via les tunnels qui l’acheminent au 5ème ciel, sait avec évidence que son Barzakh sera le paradis.

À l’inverse, celle qui a voyagé dans les profondeurs de la 7ème terre saura que les témoignages recueillis par les anges ne lui seront aucunement favorables. Elle le sait parfaitement ! Et pour cette dernière, les gens peuvent rester sur terre en train de lui créer toute sorte de gloire. Comme on le voit au Sénégal, lorsque la personne vit, on ne témoigne jamais de sa bonté, mais dès l’instant qu’il meurt, peu importe ce qu’elle faisait, elle est maintenant un homme vertueux. Les anges écouteront donc les témoignages, et s’il s’avère que ce sont de faux témoignages, ils inscriront des péchés sur le compte de leurs auteurs. Et quand ils retourneront, ils diront à Allah (SWT) qu’ils ont trouvés des hypocrites dans la cérémonie, qui faisaient de faux témoignages.

En réalité, le Prophète avait ordonné : « Si une personne décède, formulez pour elle des témoignages si vous connaissez sur elle de valeureuses actions. Si vous ne connaissez sur lui que des comportements blâmables, abstenez-vous », mais il n’a pas indiqué de créer des témoignages favorables pour elle. »

Extrait traduit du Maouloud 2022 de MAWLAYA SEYDI MOUHAMED EL CHEIKH, Imam Al Mahdi (a.s) à MEDINA CHEIKH.

YACINE DIOUF 

DESK RELIGION & SPIRITUALITÉ

Related posts

CONFERENCE DE RUFISQUE 2024 : LE DISCOURS MAGISTRAL DE SEYDI MOUHAMED EL CHEIKH

waladounyati

EDUCATION RELIGIEUSE ET EDUCATION SPIRITUELLE : TARBIYATOUR ROUH/ TARBIYATOUN NAFS

admin

Le shirk ou association

admin
Chargement....
error: Waladounyati - Contenu protégé !